Hikikomori à l’adolescence. Syndrome de retrait à domicile chez les adolescents japonais (De Luca et Thoret 2013)

Résumé

Depuis les années 1990 est apparu au Japon un nouveau phénomène touchant les adolescents et les jeunes adultes : le hikikomori. Le psychiatre japonais Saito a été le premier à conceptualiser le hikikomori et à en donner la définition suivante : sujets vivant reclus dans leur propre maison, depuis au moins six mois, avec un début entre 25 et 30 ans, et pour lesquels d’autres troubles psychiatriques ne peuvent pas mieux expliquer le symptôme primaire de retrait. On évalue la prévalence à environ un million de jeunes japonais. Dans sa définition du hikikomori, le ministère japonais de la Santé exclut la présence de troubles psychiatriques ; de nombreuses études portent sur l’existence de comorbidités (troubles anxieux, dépressifs, psychotiques, etc.). Il existe deux approches du hikikomori : l’une sociale mettant en avant les facteurs socioculturels à l’origine du trouble, l’autre psychiatrique centrée sur une approche plus individuelle et une lecture psychopathologique et familiale du trouble. Les soins proposés font toujours l’objet d’une évaluation, mais l’approche groupale et familiale semble la plus intéressante.

Mots-clés : Hikikomori, Retrait, Adolescents japonais, Syndrome culturel, Passivité

PLUS D’INFOS SUR LE SITE DE EMC PSYCHIATRIE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s